Grâce au programme de l’AMCC en Tanzanie, plus de 1 000 agriculteurs ont été formés à la culture des épices, à travers le développement de plus de 52 hectares de plantations forestières dans sept communautés de l’île de Pemba. Kibano Omar Kibano, originaire du village de Mtambwe Kaskazini, à Pemba, est l’un d’entre eux.
 

Tanzania
© EU GCCA+, 2018

Kibano Omar Kibano vivait auparavant de l’élevage, de l’agriculture vivrière et de la pêche à petite échelle, des activités qui lui rapportaient un maigre revenu d’à peine 60 euros par mois – ce qui ne lui permettait pas de subvenir aux besoins de base de sa famille.

Il est parvenu à cultiver un peu de vanille, de poivre noir et de cannelle mais ses plants de vanille ont flétri. Le projet Community Forests Pemba (CFP), développé au titre du programme tanzanien de l’AMCC et financé par l’UE, a organisé une réunion de sensibilisation dans un village voisin, auquel Kibano a participé. Ce jour-là, il s’est enregistré comme cultivateur d’épices officiel auprès du CFP, ce qui lui a permis d’accéder aux formations et de bénéficier du soutien du projet.

« J’ai augmenté le nombre de mes plants de vanille et de poivre noir, respectivement de 200 à 570 et de 7 à 15. J’ai également 50 plants de cannelle et 15 de cardamome. Je forme désormais jusqu’à 30 agriculteurs pour les aider à faire prospérer leurs cultures », explique Kibano.

« Depuis qu’il travaille avec le CFP, Kibano s’est impliqué très activement dans la culture des épices au sein de sa communauté. En fait, il est très actif au sein de la Zanzibar Spice Farmers’ Association, où il aide ses collègues agriculteurs à obtenir de meilleurs prix pour leurs produits. Et grâce au soutien du projet, il a conclu ses premières ventes avec un acheteur international », ajoute Yahya Khatib Suleiman, responsable horticulture du CFP.

Le revenu mensuel moyen de Kibano est désormais de 85 euros. Il peut maintenant offrir trois repas par jour à ses quatre enfants et envoyer son aîné à l’école secondaire. La famille bénéficie d’un régime varié. Ses prochains objectifs sont d’augmenter sa production et d’envoyer ses enfants à l’université.

À la suite du programme CFP à Pemba, le prix de la vanille a quintuplé, passant de 70 euros par kilo à près de 370 euros par kilo. Les revenus de la vente des épices sont utilisés pour couvrir les frais de scolarité des enfants, construire des maisons et acheter des aliments pour les ménages.

L’AMCC+ est active en Tanzanie depuis 2010 où elle aide le gouvernement à renforcer les capacités de certaines des communautés les plus affectées par les impacts du changement climatique